Le Massage Amma allongé

Le amma est le massage traditionnel japonais.Le terme amma provient des caractères an et mo utilisés pour désigner le massage et qui signifient « calmer par le toucher ».

Prenant sa source en Chine, via la Corée, le amma est apparu au Japon il y a environ 1300 ans.

C’est un massage rythmique à 4 temps qui vise à stimuler les systèmes d’auto-guérison du corps (Homéostasie) Le Anma japonais est le fondement de toutes les formes d’acupression, y compris les formes modernes de Shiatsu.

Le amma fut pendant longtemps le seul massage reconnu au Japon. Enseigné dans des écoles spécialisées, il faisait l’objet d’une licence d’état.

Il est à noter que de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la moitié du XXe, il fut, par décret, exclusivement pratiqué par les aveugles dont c’était le « gagne pain ».

Afin de contourner la loi, certains praticiens qui n’étaient pas non-voyants ont changé le nom. C’est ainsi qu’est né le shiatsu, bien plus connu aujourd’hui.

En pratique :

Se reçoit installé sur une table de massage.

de 35 à 70 minutes selon le protocole choisi.

Se reçoit habillé

Utilité :

Détente musculaire et psychique

Puissant antidouleur et antidépresseur

Relaxant et energisant

Améliore la qualité du sommeil

Renforce le système immunitaire

L’histoire du massage 

Le massage Amma est le massage traditionnel Japonais

L'histoire du Amma, massage traditionnel japonais prend naissance 5000 ans en arrière dans les régions nord de la Chine et au début de la philosophie médicale chinoise. Aujourd'hui dans le monde occidental, le Amma continue à se développer et à évoluer vers un style de massage contemporain efficace et polyvalent.

Le mot « Amma » est représenté par deux caractères chinois que l’on prononce anmo. Ils signifient « calmer par le toucher ». Les japonais prononcent ces deux caractères « anma », prononcé « amma » par la suite.

Le Amma japonais est à l’origine de toutes formes d’acupression incluant les formes modernes du Shiatsu. Il trouve son origine dans la médecine traditionnelle chinoise et vient des  terres arides du nord du fleuve Jaune.

Anmo fut importé au Japon via la péninsule coréenne au début de l’ère Asuka au 6ème siècle. Il faisait partie intégrante de la Médecine chinoise, que les japonais appelaient Kampo, « la manière chinoise ».

Les japonais assimilèrent la philosophie médicale chinoise dans leur propre culture, et le Amma naquit sous la forme d’un art thérapeutique. La plupart des documents sont d’accord pour dire que pendant 1000 ans, le Amma devint un style de massage hautement qualifié comportant des techniques complexes qui incluent une myriade de pressions, percussions, étirements et des manipulations profondes avec les pouces, les doigts, les bras, les coudes, et les genoux pour stimuler les points le long des 14 principaux méridiens du corps.

Amma et kampo ont atteint leur pic de popularité dans la période Edo. A cette période, les éudiants en médecine devaient étudier le Amma afin de comprendre  la structure et la fonction de l’anatomie énergétique du corps.

A la fin de la période Edo, deux changements historiquement importants se produisirent au Japon qui altérèrent aussi bien la manière dont le amma était enseigné que la perception que les gens ont du kampo et du amma.

Le premier événement se produisit au début du 19ème siècle lorsque les autorités du Shogun décrétèrent, dans une démarche sociale, que les personnes aveugles assumeraient le travail de masseur et d’acupuncteur. Il en résultat la création de nombreuses écoles, et que des praticiens en amma de haut-niveau gagnèrent le respect du public et furent honorés par la cour et le gouvernement.

Quoi qu’il en soit, dès que les écoles de Amma commencèrent à former des étudiants aveugles, le statut du amma comme art de guérison commença progressivement à souffrir parce qu’il fut dit que les personnes aveugles étaient désavantagées dans l’étude formelle du diagnostique et des traitements.

Dans son programme, le gouvernement requis que tous les ammas, nom donné aux personnes qui pratiquaient le amma bénéficient d’une liscense d’Etat. L’histoire dit qu’afin de détourner les lois, beaucoup de thérapeutes pratiquant déjà changèrent le nom de leur traitement. C’est ainsi que le terme shiatsu fut utilisé.

Le deuxième changement se produisit au cours de la restauration Meiji (1868 ) et la modernisation du Japon.

La médecine occidentale commença à influencer la pratique médicale japonaise. La science médicale occidentale telle qu’elle était connue en Allemagne, et en Hollande commença à influencer la pensée japonaise, spécialement par ses méthodes de chirurgie et son efficacité à contrer les épidémies.

Finalement, le Kampo fut éclipsé par la médecine occidentale, et des malentendus sur le Amma l’ont discrédité au Japon.

En conséquence, au début des années 1900 le Amma fut associé au plaisir et au confort. Amma fut alors connu comme une profession pour personnes aveugles dont il résultat le préjudice d’être considéré au Japon comme une sous-profession.

De toutes les écoles qui enseignent le massage au Japon aujourd’hui, seulement deux écoles enseignent le amma. Mais, la plupart des gens nés après la deuxième guerre mondiale n’ont jamais entendu le mot amma en référence au massage.

Au Japon, beaucoup de praticiens en massage utilisent le amma et le shiatsu et l’appellent shiatsu.

Le massage Amma en occident

Torujiro Namikoshi introduisit le massage japonais aux Etats Unis en amenant son style de shiatsu dans les années 50. Le style de shiatsu de Namikoshi était le premier style de massage japonais enseigné aux Etats Unis jusqu'en 1960. Dans les années 70, un certain nombre de praticiens japonais apportèrent leurs styles de shiatsu aux Etats Unis.

Le Amma traditionnel fut officiellement introduit en premier aux Etats Unis en 1971, avec l’ouverture du Kabuki Hot à San Francisco en Californie.

Conçu comme un spa traditionnel japonais, Kabuki Hot Springs employait des praticiens en Amma, voyants, qui avaient été entraînés au Japon et amenés aux Etats Unis pour travailler dans les nouveaux spa. Vers 1977, les propriétaires des Hot Springs voulaient développer une source locale de praticiens qualifiés. Ils demandèrent à Takashi Nakamura, un praticien de l’Ecole de Massage, Acupuncture, Moxa, Cautérisation, du Kensai, à Osaka – Japon, d’ouvrir une école à San Francisco.

Quoiqu’ il enseigne le Amma, l’école fut appelée le Kabuki Shiatsu School of Massage.

Nakamura développa une séquence sur table d’une heure sur tout le corps, hautement chorégraphiée utilisant 25 techniques manuelles différentes sur plus de 140 tsubo, ou points d’acupuncture. Il enseigna cette séquence de la manière dont il reçut l’enseignement au Japon. Il faisait la démonstration d’une petite partie de la séquence sur chaque étudiant, puis il pratiquait sur les uns et les autres, et ensuite, chaque étudiant faisait la démonstration de ses capacités à répéter ces segments sur Nakamura. La séquence entière était enseignée de cette manière, chaque partie se rattachant à la suivante.

En enseignant cette forme appropriée pour l’organisation d’un spa et modelant la manière dont la forme du Amma était enseignée au Japon, Takashi Nakamura aida à aller plus loin dans la compréhension de la tradition du Amma aux Etats Unis. Il retourna au Japon en 1981, après avoir enseigné à son étudiant David Palmer, la manière dont doit être enseignée la forme du Amma pour les spa.

David Palmer réouvra l’école en 1982.

Reconnaissant la signification de la tradition du amma et de quelle manière elle diffère de celle dont le shiatsu fut enseigné et pratiqué aux Etats Unis, il renomma l’école The Amma Institute of Traditionnal Japanese Massage.

Le massage Amma tel que nous le connaissons en Europe est le kata de  Maitre Takashi Nakamura fidèlement perpétué par ses élèves.

Sources: Gary Bernard

Contactez-nous

contact@ammajoris.fr

0660142800

7, rue de l'Observatoire
33270 FLOIRAC

Suivez-nous